Ceci est une priorité pas une urgence


ImageLa vie est une urgence
Tom(*) travaille depuis 6 ans aux urgences de l’hôpital Necker à Paris. Je lui ai demandé comment il parvenait à garder son sang-froid alors que ce matin-là le ballet des ambulances amenait urgence sur urgence dans son service. Comment avec un effectif limité répartir efficacement les actions à faire pour traiter toutes ces souffrances ?

« Malgré les apparences, il n’y a eu qu’une seule « vraie » urgence ce matin Stéphane. Un seul cas vital. Et nous avons sauvé cette vie ! Aucun des autres cas, aussi difficile que peut être la souffrance à supporter, ne constituait une urgence au sens vital. On évalue les patients selon un degré plus ou moins important de « priorité » sur lequel nous nous accordons en fonction de plusieurs critères d’évaluation: évolution probable de la situation, ressources disponibles du patient pour y faire face, complications à craindre. Cela nous permet bien de traiter tout le monde, avec un degré d’attente qui dépend du diagnostic vital plus que de l’ordre d’arrivée. Nous gardons le maximum de flexibilité pour intervenir sur le vital en premier lieu. »

La dictature de l’urgence
Ces paroles pleines de bon sens m’ont ramené brutalement à la réalité.

Pourquoi ne pas appliquer ce principe dans la gestion de notre agenda de vie ? Dans la vie professionnelle, que nous soyons dirigeant ou employé, il est fréquent d’entendre des instructions frappées du sceau de l’urgence. Et parfois, plusieurs fois par jour ! Se rappeler que rien d’autre que la vie n’est urgent, peut permettre de faire le tri des différentes injonctions. N’y a-t-il pas parmi toutes les taches de notre « To Do List », des cas ou nous nous enfermons un peu vite dans des dates non « vitales » ? Sans consulter notre disponibilité intérieure. Nous accumulons ainsi du stress inutile et baignons dans l’inconfort et la culpabilité de ne pas nourrir d’autres aspirations de vie.

Parce que nous n’osons pas dire non. De peur du conflit, d’être mal jugés, de gêner, nous nous racontons que c’est mieux ainsi. Nous nous épuisons ainsi sur des fausses urgences en limant progressivement notre axe de vie. Nous consacrons moins de temps à nos proches, nos passions, nos autres engagements. En agissant ainsi dans l’urgence nous nous privons de deux choses essentielles pour une performance durable :

L’attention à l’autre
Cela commence par dire que nous comprenons ce qui est important pour l’autre et en même temps partager ce qui est important pour nous. Le « non » peut ainsi être une invitation au dialogue. La solution imaginée ne nous convient pas en l’état ? Réarrangeons les priorités ensemble. Il y a de fortes chances que la qualité du lien en ressorte renforcée. Un tel échange nourrit l’authenticité et la confiance mutuelle.

L’attention à soi
Ensuite parce que nous nous respectons en agissant ainsi. Nous préservons l’espace nécessaire à notre équilibre. Nous gardons cette balance naturelle qui fait de nous des êtres heureux tant au travail qu’en dehors du travail. Cet équilibre, parce qu’il est vital, ne devrait-il pas être notre urgence… si nous ne lui avons pas accordé la juste priorité auparavant ?

(*) Le nom a été changé.

Stéphane Loiret – Novembre 2012

Publicités

Prendre son temps pour aller plus vite !


Un jour pluvieux d’avril 2012, Xavier(*) m’écrit ceci: « Bonjour, j’ai un besoin urgent de retrouver un job, et M. R. (*) que j’ai rencontré récemment m’a dit que vous pourriez accélérer ma recherche ».

Je décide d’appeler Xavier et lui demande de m’exposer un peu plus précisément sa situation. « Voilà, j’ai 43 ans me dit-il, j’ai lancé ma prospection dès ma sortie de poste.  J’ai déjà rencontré près de 25 personnes en 2 mois. Chaque personne est fantastique, me reçoit, mais ensuite, plus rien. Je commence à perdre confiance« .

Ce que Xavier ressent à ce moment-là, arrive lorsque le projet professionnel manque de lisibilité ou de cohérence d’ensemble. Cette situation est aggravée lorsque le candidat minimise le besoin d’attention pour lui-même après le choc du a la perte d’emploi. La douleur non traitée, laisse percevoir en entretien une angoisse sourde.

Xavier prend alors une décision: s’arrêter de courir après les contacts et commencer par se retrouver. En acceptant de prendre soin de son deuil, en consacrant les quelques semaines nécessaires pour faire le point sur ses ressources et compétences, Xavier va se permettre de mieux se connaitre. Après ce temps de recentrage, il est maintenant clair sur ses forces et ses fragilités. Il présente son projet professionnel comme une aspiration de vie, en plein accord avec ce qui l’anime.

Fin juin il reprend sa démarche « réseau » après ces 10 semaines de pause. Son dynamisme est intact et en même temps la voix est posée, l’angoisse de « l’urgence » n’est plus perceptible; en prenant son temps il a repris confiance.

Le 18 septembre, l’une des 2 entreprises cibles de son projet vient de lui confirmer qu’il était retenu pour un CDI de Directeur Commercial Europe. Les 10 semaines d’attention qu’il s’est accordé pour se préparer,  lui ont fait gagner près de 10 mois sur une recherche d’emploi classique.

Et, pour rejoindre Philippe Gabilliet, il a fait grandir une compétence clé pour réussir: la chance !

(*) Les noms ont été modifiés.

Stéphane Loiret – Septembre 2012