Réussir son intégration (1): les premiers pas


20130105-231345.jpg BIENVENUE !
Trouver le job rêvé depuis un certain temps, et pour lequel on a entrepris une démarche de transition, procure une joie immense.
Cela peut paraître évident, mais réussir son intégration est primordial pour pleinement réussir dans le poste ensuite, et avoir le plaisir de s’y exprimer avec tout son talent.

Je vous propose de partager ici le premier d’une série de plusieurs billets, l’histoire de 2 personnes qui ont accepté de faire de leur propre vécu, un témoignage qui pourra en aider d’autres à vivre mieux cette expérience.

Et pour évidents qu’ils puissent paraître, certains des points qui vont suivre n’en sont pas pour autant aussi simples à mettre en œuvre.

UNE ETAPE INCONTOURNABLE QUELQUE SOIT LE SECTEUR D’ACTIVITE OU LE METIER
Giorgio est un professionnel de l’industrie agro-alimentaire; son parcours il l’a construit dans les fonctions commerciales et marketing puis en direction générale. Il a 46 ans, il est d’un naturel plutôt optimiste, et prend les nouveaux challenges avec un certain plaisir.

Myriam a aussi 46 ans. Son parcours à elle c’est plutôt l’industrie lourde et la construction, directrice dans les achats et les opérations industrielles. Myriam n’est pas à l’aise avec l’incertitude et ça tombe bien car elle est particulièrement efficace en planification et en gestion.

Giorgio et Myriam, ne font pas les mêmes métiers et ne se connaissent pas. Et en même temps ils ont un point commun (en plus de leur âge) : ils viennent tous les deux de démarrer un nouveau poste le 3 janvier.

Voilà une belle façon de très bien commencer l’année… d’autant plus, qu’ils ont tous les deux perdu leur précédent emploi en 2012.
J’ai rencontré Myriam alors qu’elle avait dû quitter son poste à la suite d’une réorganisation. Elle s’est vu proposer une autre opportunité interne après 5 semaines d’incertitude où la crainte de devoir quitter son groupe était très présente.
Giorgio lui était sans employeur depuis 7 mois et a travaillé son projet avec son coach.

D’ABORD: ETRE AU PRÉSENT, TOURNER LA PAGE QUI S’OUVRE
La prise d’un nouveau poste est la plupart du temps un évènement heureux; c’est le symbole de fin de la période de recherche et d’attente. Et en même temps, autant Giorgio que Myriam m’ont indiqué le stress que pouvait engendrer cette phase d’intégration pour eux.
Chacun y va avec ses points forts mais les deux ont décidé de porter une attention particulière à cette période.

Et la première décision de Giorgio, c’est d’être au présent.

Il va être basé à Paris comme Directeur Général France du groupe Italien qui vient de l’embaucher, alors son compte LinkedIn est déjà mis à jour. Il s’adapte à une vitesse remarquable, et sa communication externe s’adapte aussi. Sachant qu’il doit embaucher une douzaine de collaborateurs dans les 6 prochains mois, il veut que son profil sur les différents sites, soit visible dès le 3 janvier, cohérent avec la mention de ses nouvelles responsabilités.
Il n’est plus en recherche, par conséquent il informe courtoisement ses réseaux qu’il prend un nouveau poste. Qu’il les tiendra bien entendu au courant de son évolution.
Il remercie aussi tous ceux qui l’ont aidé dans sa phase de transition jusqu’à rencontrer cette opportunité favorable.

Myriam partage la démarche mais se donne quelques semaines avant de remettre son profil à jour. Sa priorité à elle c’est de faire un plan.
(à suivre)

Stéphane Loiret – Janvier 2013

(*) Comme dans tous les articles du Blog, les noms des personnes ont été changés.
Credit Image : FreeDigitalPhotos.net

Vous êtes unique !


Alors soyez vrai
Je suis parfois perplexe lorsque je vois les efforts déployés par certains candidats pour se conformer à l’image qu’ils s’imaginent que l’on doit avoir pour le poste qu’ils convoitent. Sans aspérité, lisse. Avec un attachement obsessionnel pour gommer tout écart avec « l’idéal » qu’ils ont en tête.

C’est ignorer que dans bien des cas, la personne que vous êtes compte bien davantage que vos compétences démontrées, dans la décision de vous recruter.

Dites-le 
« Comment vous faites » compte autant sinon davantage que « ce que vous savez faire ». Si vous êtes responsable des achats dans des groupes industriels depuis plus de 10 ans, votre futur patron ne vous questionnera pas tant sur votre capacité à mettre des processus achat en place ou à les piloter. En revanche, il y a de fortes chances qu’il s’intéresse à votre « style ». « Quelle personne suis-je et pourquoi j’agis de cette manière ? », « en quoi c’est important pour moi ? », sont autant de questionnements qui vous aideront à vous démarquer.

Être vrai, lucide sur vos qualités, vos limites, votre façon de fonctionner, permet une bien meilleure qualité d’échange lors de vos entretiens. Et révéler cela c’est dire la personne particulière que vous êtes pour résoudre tel ou tel type de problématique.

Et vous, quel « comptable » êtes vous ?
« Oui, mais moi je suis simplement directeur comptable j’ai travaillé dans le contrôle interne » me dit récemment Véronique (*), 54 ans qui vient de perdre son poste dans une entreprise de service. « Je me demande bien en quoi je suis unique ? » ajoute-t-elle dubitative. C’est juste, si l’on s’arrête à l’étiquette de la fonction. Il y a sans doute des centaines de comptables a la recherche d’un poste de directeur dans la seule région parisienne. « Et quelques-uns qui ont plus de 50 ans » convient-elle.
Et en même temps, quelques minutes plus tard, lorsque Véronique explique avec plaisir son parcours et pourquoi elle a aimé mettre en place les processus de contrôle interne dans plusieurs groupe internationaux, qu’elle a intégré des équipes américaines et européennes autour de projets communs, qu’elle s’est passionnée pour les langues et que cela lui a servi pour travailler avec les filiales allemandes, italiennes et anglaises… alors oui on a la confirmation qu’elle est unique.

« Ce qui m’a plu c’est de faire du contrôle interne un moyen d’encourager de nouvelles façons de travailler, et générer des économies récurrentes ». Curieuse, pédagogue, ouverte aux autres et aux nouvelles technologies, Véronique dispense ainsi en quelques minutes l’image d’une personne positive et qui donne une vision de son métier de directeur comptable nettement plus large que l’intitulé qu’elle a choisi.

Votre valeur ajoutée    
Parler simplement de ce que vous avez « réussi avec plaisir ». L’entretien avec Véronique, m’a fait réaliser que c’est une des façons les plus simples de montrer votre unicité et de vous démarquer. Car au bout de ce plaisir, il y a une valeur ajoutée qui vient de la personne que vous êtes, de pourquoi vous avez fait des choix, de comment vous avez accompagné les décisions.

Stéphane Loiret – octobre 2012

(*) Le nom a été changé.